Procédure d'interpellation

Article 68 - Tout citoyen âgé de 18 ans accomplis, domicilié dans la commune, dispose, aux conditions fixées dans le présent chapitre, du droit d'interpeller les instances communales.

Les conseillers communaux, les conseillers de l'action sociale ne disposent pas dudit droit.

Article 69 - Tout citoyen qui désire faire usage de son droit d'interpellation porte à la connaissance du Bourgmestre l'objet de sa demande par une déclaration écrite accompagnée d'une note indiquant d'une manière précise la question qui est posée ou les faits sur lesquels des explications sont sollicitées ainsi que les considérations qu'il se propose de développer.

Article 70 - L'interpellation doit être d'intérêt communal. Elle ne peut en outre être relative à un point inscrit à l'ordre du jour de la réunion du conseil du même jour.

Article 71 - Le Collège communal examine la conformité de la demande; il écarte toute demande non conforme à la présente section (notamment quant aux délais, au sujet invoqué, etc.). Il peut en outre refuser une interpellation lorsqu'elle porte sur un objet d'intérêt exclusivement privé ou lorsqu'elle est de nature à porter préjudice à l'intérêt général. Il en est de même des interpellations qui mettraient en cause des personnes physiques, qui porteraient atteinte à la moralité publique, qui manqueraient de respect aux convictions religieuses ou philosophiques d'un ou plusieurs citoyens, ou qui avanceraient des propos à connotation raciste ou xénophobe. De même les questions relatives à … ne peuvent faire l'objet d'une interpellation.

Les demandes écrites conformes sont présentées au Conseil communal lors de sa plus prochaine séance dans le respect des délais de convocation du Conseil communal.

Article 72 - Les interpellations publiques du Collège communal se déroulent en séance publique du Conseil communal, sans nécessité de quorum de présence, sans débat et sans vote les sanctionnant.

Elles débutent un quart d’heure avant l'heure fixée pour la séance du Conseil communal. Au terme de ces interpellations, la séance du Conseil communal commence.

Le public présent est tenu aux mêmes règles que lors d'une séance publique du Conseil communal, la police de l'assemblée étant assurée par le Bourgmestre ou celui qui le remplace.

Article 73 - Le citoyen dispose d'une durée maximale de cinq minutes pour développer son interpellation.

Le Bourgmestre ou l'échevin ou le président du conseil de l'action sociale et/ou le conseiller communal sollicité par le Bourgmestre dispose d'une même durée maximale de cinq minutes pour apporter une réponse.

Ensuite, le citoyen dispose aussi d'une durée maximale de cinq minutes pour finaliser et clore son interpellation.

Il ne peut être développé qu'une interpellation par séance du conseil.

Article 74

§1.    Un objet ne peut être évoqué par voie d'interpellation que deux fois au cours d'une période de douze mois.

§2.    Un même intervenant ne pourra être entendu plus d’une fois tous les trois mois.

Article 75 -  Aucune interpellation ne peut avoir lieu dans les six mois qui précèdent toute élection communale.

Article 76 - Le Bourgmestre ou celui qui le remplace gère le temps de parole réservé aux interpellations des citoyens.
Les interpellations sont entendues dans l'ordre chronologique de leur réception par le Bourgmestre.

Actions sur le document
« Novembre 2019 »
Novembre
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
Ce site est optimisé pour le navigateur Firefox.

Sécurisé, fiable et rapide, Firefox est gratuit et simple à installer.